• Dear friend

    Dear friend

    Salut, comment vas-tu depuis la dernière fois? Moi plutôt bien. :)

    C'est avec un plus ou moins petit courage que j'adresse un texte à une amie que je connais depuis 4 ans. Par pur anonymat et par respect pour sa vie je vais la surnommer "elle" ou bien encore avec le surnom "Nono".

      Elle a les yeux bleus pétillants qui vous accroche toute suite au fait qu'elle est vive. Ses cheveux courts teintés de blond sur une base brune vous feront toute suite remarquer qu'elle n'a peur d'oser. Son visage en forme de diamant, vous fait très vite intégrer qu'elle est précieuse. Son rire vous fait retomber en enfance lorsque vous aviez l'impression que la vie était d'une extrême facilité. Elle ne vous dit pas souvent qu'elle vous aime, mais quand elle vous le dit vous pouvez être sure que cela est sincère. Son sourire est petit et mignon au premier abord, néanmoins elle vous fait vite saisir qu'elle se cache derrière celui-ci...

      Je l'ai rencontré en 6ème, lorsque j'étais seule, j'ai rejoint son groupe. On s'est parlé sur Skype ensuite et elle m'a bien plu encore plus qu'en vrai, Nono avait cette facilité à mettre les gens à l'aise. Dès que je voyais son petit sourire de loin, je pouvais déjà sourire aussi. Je l'ai vu mûrir et j'ai remarqué au fur-et-à-mesure qu'elle était mal heureuse. Son sourire se faisait de plus en plus petit, elle était rêveuse par moment, mais parfois beaucoup trop perdu dans ses pensées pour ne pas se douter de quelque chose. Les larmes aux yeux parfois, mais jamais de vrai larmes au collège, elle déteste pleurer devant les gens et c'est totalement compréhensif.

      Vers la 4ème, elle m'a dit, qu'elle avait l'impression de perdre pied, elle pleurait chaque soir sans aucune raison. Au début, je lui ai donné des conseils, mais je me suis rendu compte que ça ne servait à rien. À une période, c'était devenu un sujet récurant, sa tristesse qui la bouffait sans qu'elle ne sache pourquoi. Sachant que l'humain veux toujours tout savoir, voir qu'il est incapable de comprendre le détruit, c'est ce qui s'est passé pour elle. Des fois, la dépression revenait plus forte et plus grande, elle se coupait avec du plastique les veines. (cela faisait des marques sur sa peau rien de grave d'après elle cela lui faisait des gui-lis plus qu'autre chose) Une alternative à la souffrance ? (Comme je tenais énormément à elle y avait de quoi devenir parano) D'après elle, la maladie la rongeait, mais elle m'a toujours répéter "je tiens trop à ma famille, pour mourir comme ça". Elle riait au éclat devant ses amies, voyant que personne ne pouvait comprendre ses larmes ni même moi, à un moment je lui ai même demandé d'aller voir un psy simplement pour l'aider, mais elle ne voulait pas. La situation se faisait de plus en plus pesante pour elle, car ne parlait de ses états d'âme qu'à moi ou presque, et malheureusement mes conseils bidon du style "écoute une musique qui te motive", "fait de la méditation, etc. Ne marchait pas…

      Quand vous savez que vos amis ne vont pas bien vous chercher toujours à les surprotéger. Sauf que c'est une grave erreur, elle est déjà énervée contre elle-même, car elle ne sait pas ce qui la mine… La couvrir de trop de "ça va" alors que la réponse sera toujours "oui", même si elle chiale en vous écrivant ce message, la rends froide et distante. J'ai souffert parce que je suis quelqu'un de solitaire si l'on ne vient pas la sortir de sa bulle, si l'on ne lui dit pas "je t'aime" ou toute autre chose pour le prouver, je me replie pensant qu'on ne m'aime pas. (C'est bête mais j'ai toujours besoin d'être rassurer et avoir un peu d'attention) Alors qu'elle ne prenne pas de mes nouvelles ou qu'elle n'engage pas une conversation facilement comme elle le faisait plus jeune, m'a déçue et pour tout vous dire, j'ai failli l'abandonner. C'est égoïste, mais j'avais l'impression de lui servir en temps de mal-être le soir, la journée, j'avais l'impression d'être inutile, elle riait avec ses amis, mais pas moi (j'ai jamais eu un grand sens de l'humour) Alors à quoi je lui servais ? À la consoler, mais le reste du temps…  Lui dire d'aller chez un psy, encore aujourd'hui est un échec, c'est triste à dire, mais si la volonté ne vient pas d'elle cela ne marchera pas. On ne peut pas forcer quelqu'un à faire quelque chose qu'il n'a pas envie…

       Aujourd'hui, je suis en 3ème. Et bordel qu'est-ce que pendant ses 4 ans, je n'ai cessé de l'aimer, je suis l'une de celle qui connaît son lourd fardeau des soirées seules à avoir peur de rechuter. Parce qu'à chaque fois qu'elle retombait, je retombais aussi. (L'empathie et l'hypersensibilité! Youpi). À présent, je suis de celle qui participe lentement mais sûrement à sa reconstruction et j'en suis fière. Certains diront "mais elle ne fait rien retour pour toi, c'est dégueulasse, l'amitié n'est pas sensée être que dans un seule sens." Mais moi, je m'en fous. Je l'aime et c'est le principal peut importe ce qu'elle me rends. Parce que je l'ai connue heureuse et je tiens à la faire redevenir heureuse, et pour rien au monde, je ne l'abandonnerai ! Elle est dans mon cœur et j'espère que je suis dans le sien et que j'y resterai. Parce qu'elle est la seule qui a su rester pendant 4 ans et je n'ai jamais eu une amie qui est rester dans ma vie pendant aussi longtemps. Et surtout pendant ses 4 années, je me suis découvert un caractère empathique que je ne croyais pas avoir, et je me suis rendue compte également que je préférais donner à mes amis plutôt que recevoir. (Bien que cela me fait frémir quand je reçois quand même :)

    The end...

    Tu veux partager ton avis sur ce texte? Ou me raconter les doux moments de bonheur que tu partages avec ton amie? Commente n'hésite pas, je suis ouverte à toute critique constructive. cool

    Si tu as des suggestions d'articles à me faire part, n'hésite pas non plus à me le dire ^^

    Bonne journée, bonne soirée. Cher Lecteur, Cher Lectrice.

    À plus tard pour de nouvelles aventures.

    Dear friend

    Dear friend

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Juin à 07:51

    Les vrais potes sont bien ceux/celles qui ne te lâchent pas sous prétexte que "c'est fatiguant/pas le temps/c'est pas le moment" et j'en passe. ^^ C'est cool de ta part de l'avoir aidée et soutenue durant autant d'années.
    Bon courage à elle! o/

      • Vendredi 15 Juin à 19:51

        Merci beaucoup pour ton commentaire, effectivement c'est ce que je me dis aussi, ça fait 6 mois qu'elle n'a pas rechuté et j'en suis fière également bonne soirée/ journée à toi. :)

    2
    Vendredi 15 Juin à 19:56

    C'est cool si elle arrive à remonter un peu, continue de l'encourager en positivant! (mais que ça ne t'empêche pas de prendre le temps pour toi, aussi)
    Merci, de même, bonne soirée~

    3
    Dimanche 17 Juin à 07:35

    J'arrive à prendre du bon temps aussi merci, d'être passé sur mon blog en tout cas ;)

    4
    Dimanche 17 Juin à 10:27

    Eh bien... pas de quoi, hein. o/ Tant qu'à tomber ici, autant m'attarder un peu. ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :